Connaître Frédéric TRICHET

Agé de 59 ans, originaire de Vendée. Habitant Pornichet depuis 1994. Marié, 2 enfants

Diplômé de l’école d’ingénieurs de Montpellier et titulaire d’un doctorat ès sciences de l’environnement. Il a effectué toute sa carrière dans les métiers de l’environnement.

Depuis 2011 : consultant spécialisé auprès des collectivités dans la gestion et l’organisation des services publics en lien avec l’environnement et plus particulièrement de l’eau et de l’assainissement. Il intervient en particulier en tant que directeur de mission sur les départements des Pays de la Loire et de la Bretagne et en tant qu’expert sur des études de haut niveau comme les transferts de compétence et l’organisation des services en Régie.

Elu conseiller municipal à Pornichet de 2008 à 2014, Subdélégué en charge de l’aménagement de la ville et du cadre de vie. Elu conseiller communautaire à la CARENE de 2008 à 2014. Elu conseiller municipal d’opposition à Pornichet depuis 2014

Ses engagements personnels, comme candidat :

  • Instaurer la parité parmi les adjoints pour permettre à plus de femmes d’accéder aux vrais postes de responsabilité.
  • Renforcer les droits et prérogatives des adjoints et conseillers municipaux pour atténuer l’omnipotence du maire.
  • Associer (et non informer seulement) les citoyens aux décisions sur les grands projets de la commune : la construction de la ville ne peut se faire qu’avec la participation active de ses habitants. L’urbanisme n’est pas qu’une affaire de bureaux d’études, il faut y mettre de l’humain.
  • Mettre en place une gouvernance participative afin que la gestion des budgets et le développement des grands projets ne soient pas le seul terrain des « politiques ».
  • Faciliter la possibilité d’inscrire des sujets à l’ordre du jour du conseil municipal pour impliquer davantage les citoyens dans les affaires de la cité.
  • Fournir suffisamment à l’avance les documents des conseils municipaux pour faciliter le travail préparatoire de tous les élus.
  • Assurer une transparence totale autour du financement des associations, au-delà des subventions…
  • Favoriser la création d’une fonction indépendante de défenseur des droits des citoyens pour traiter leurs plaintes suite à des décisions contestables de la commune.
  • Signer la charte éthique de l’association « Anticor », contre la corruption, pour l’éthique en politique.
  • Prendre en compte systématiquement les conséquences des décisions sur l’environnement et le cadre de vie, réduire la consommation de ressources et faciliter les circuits courts.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*